Episode 4

Le Grand Politicusmassifus convoqua le Politicusmassifus Intermédiaire dans son bureau richement orné de toiles de Maîtres et de machines à Nespresso. Le Grand Politicusmassifus vivait une passion authentique&vraie™ pour les machines à Nespresso. Il avait découvert ce divin ustensile lors d’un voyage en Cowboyie. En ce temps, les voyages des Grand Politicusmassifus consistaient à s’échanger des objets avec leurs homologues. Tout le monde avait renoncé à ce qu’on appelait jadis « la diplomatie », trop fatiguant, trop long, fallait parler la langue. Malin Cinq, le prestigieux Conseiller de Royaume D’Heurablais, avait eut une riche idée : l’invention de la « dragouillomatie ». Le principe était beaucoup moins ennuyeux que la précédente formule et le protocole en était fort simple. Chacun des grands chefs se donnait un nombre de cadeau déterminé par l’âge de leur hôte et tout le monde repartait content. Parfois aussi, on s’échangeait des nains de jardin remplis de pas-sous-sous ; une monnaie spéciale qui se multipliait toute seule et qui n’était pas les sous-sous des Ploucs, qui — eux — ne servaient qu’à acheter des trucs. Le Chef Ultime Lumineux des Cowboyies avait offert sa première machine à Nespresso au Grand Politicusmassifus du Royaume d’Heurablais et ce dernier s’était immédiatement épris de la magie de cette incroyable technologie. Depuis, il en avait acquis un nombre colossal et déclaré le 14 juillet « Journée nationale de la machine à Nespresso ». A ce jour, il s’agissait de la plus grande réforme d’envergure prise par le Grand Politusmassifus, les Plouc avaient bien fait de voter pour lui.

Le Politicusmassifus Intermédiaire qui pénétra dans les quartiers du Grand Politicusmassifus était en fait « une » Politicus : une femme. C’était encore une idée du Conseiller Malin Cinq de prendre une femme pour le job. « D’abord, ça coute moins cher car ça mange pas beaucoup » avait-il déclaré, « et puis ça fait progressiste, sans compter que la culture, personne ne veux vraiment s’en occuper »… Alors une femme, ça va bien.

« Assied toi, Garence. » avait lancé le Grand Politicusmassifus à peine la malheureuse avait elle posé le pied sur les tapis épais des majestueux salons. « Oui, merci Monsieur le Grand Politicusmassifus. Je suis venu dès que j’ai pu… ». « Na na na, bien. Venons-en aux faits. Tu connais Kimberley-Cappucine, ma fille. Elle adore la culture, comme toi, et elle m’a pourri Danse avec les Chars[1] avec son histoire de chef cultureux disparu, soi-disant enlevé par un Localuspolicus. Paraît même que ces ingrats de Cultureux se réunissent en ce moment au Colisée du Pointpoint pour lancer des blétissions. Alors c’est quoi ce bordel ? Je te paye pour quoi, moi ? Hein ! Tu crois que ça amuse qui de rater la fin de Danse avec les Chars ? Alors tu me règle ce truc fissa-fissa, tu te démerde comme tu veux, mais je veux plus en entendre parler ? ». Garence articula un timide « très bien Monsieur le Grand Politicusmassifus » mais le Grand Politicusmassifus était déjà retrouné à ses tâches d’envergure comme trier ses capsules Nespresso et appeler ses homologues pour faire des échanges.  C’est donc le cœur serré d’un mélange de fierté et de gravité face à la mission à accomplir — d’un patriotisme chevillé au corps qu’elle avait national — que la brave Garence regagna sa voiture de fonction. Dans les couloirs du Palais — sous l’œil sévère, mais juste, de la galerie d’hologrammes-troidés représentant les précédents Grand Politicusmassifus —,  elle songea : « Quel courroux de visionnaire. Quel fougue, quelle chance j’ai d’être dans la lumière de ce grand homme. Je saurai m’en montrer digne. Je vais de ce pas rencontrer les Cultureux. »

[1] Danse avec les Chars était une émission télévisée très ploucolaire où des couples légèrement vêtus dansaient sur des chars tirés par quatre chevaux lancés au galop dans une arène. Le gagnant était le couple qui parvenait à s’accorder les faveurs du jury tout en restant sur son char après une centaine de tours de piste.

I

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s